Offre spéciale retraite 2024 : en route pour la Bourgogne au tarif early bird : 1 place restante🌱 >

AURORE

@aurorebnbyoga

ASHTANGA, VINYASA, YIN, PRÉ/POST NATAL

Après des études et quelques années dans le marketing, Aurore est devenue professeure de yoga Ashtanga, Vinyasa, Yin et Pré-natal. Aujourd’hui, elle est co-fondatrice du studio Maua Yoga à La Réunion et incarne une approche chaleureuse et attentionnée de la pratique du yoga. 

Avec douceur, bienveillance et précision, elle guide ses élèves à travers des séances où l’écoute du corps et de l’esprit est primordiale. Sa capacité à ajuster et à adapter les postures selon les besoins individuels de chacun crée un environnement d’apprentissage inclusif et gratifiant. Les élèves apprécient ses cours empreints d’engagement musculaire, de créativité et d’écoute de soi, où chaque personne se sent soutenue et encouragée dans son cheminement personnel. 

Aurore accorde aussi beaucoup d’importance à sa propre pratique et à la notion de formation continue. A ce jour, elle a passé plus de 1000 heures pour apprendre et réapprendre à travers de nombreuses formations. Elle a hâte de participer à une nouvelle formation autour de la mobilité en 2024… 

RÉSERVEZ AVEC AURORE

L'interview complète d'aurore

Faites connaissance et découvrez notre co-fondatrice et professeure (oui oui, nous avons des photos de mini Aurore) !

Où es-tu née ? Où as-tu grandi ?

Je suis née à Saint-Denis de La Réunion et ai grandi à La Bretagne, dans les Hauts de Saint-Denis. J’y suis restée jusqu’à mes 18 ans, avant de m’envoler pour Paris pour 14 ans…

Quel est ton plus beau souvenir d’enfance ?

C’est moi qui ai choisi les questions… mais je les trouve difficiles ! 😅 

J’ai du mal à choisir un souvenir en particulier, mais je chéris diverses mémoires qui m’ont marquée comme : 

  • les dimanches matins passés sur la digue de Sainte-Marie avec mon père et mon frère. Nous faisions du vélo, mon père courait. Il nous achetait des meringues ensuite ! 🤣
  • Les repas du dimanche midi préparés avec amour par ma mère, 
  • Les mercredis matins où j’apprenais à peindre ou dessiner avec ma grand-mère (qui vient de fêter ses 100 ans en avril 2024 !), 
  • Les fêtes de Noël en famille, avec mes tantes et mes cousins. C’étaient des moments de retrouvailles, de tendresse, de rires, de jeux où nos cris d’enfants étaient autant d’échos de notre joie ! 

Qu’est-ce qui t’inspire en dehors du yoga ?

Tout ! 

  • Les livres de cuisine 📚 (mon objet préféré – je collectionne les livres de cuisine depuis mon premier livre de cuisine offert à 7 ans par mon grand cousin), 
  • les autobiographies, 
  • les films, 
  • les gens dans la rue ou même sur Instagram, 
  • les levers et couchers de soleil ☀️, la contemplation de la lune !🌕
  • l’eau 💧 (océan, mer, rivière, lac, fleuve, peu importe),
  • les animaux (ce matin encore j’observais un endormi marcher… il m’a inspiré un mouvement et une pratique de yoga !). 
[...]"Je me sens vivante lorsque je bouge !"[...]

Quels rêves avais-tu enfant ?

Enfant, j’adorais les animaux (j’adore toujours) et je souhaitais être vétérinaire ! De mes 11 ans à mes 15 ou 16 ans je crois, je « travaillais » certains samedis matins et pendant les vacances scolaires chez un vétérinaire. Comme une stagiaire : j’observais, je jouais avec les animaux, je participais aux consultations et opérations, j’assistais, etc. J’en garde de très bons souvenirs ! J’étais tellement à fond qu’en troisième je planifiais déjà mes années d’études dans l’école vétérinaire de Toulouse… 

Finalement, au lycée, j’ai changé d’orientation pour choisir une classe préparatoire aux Grandes Ecoles à Paris ! Changement à 360… que j’ai regretté à un certain moment. Mais, je ne suis pas fan des regrets… je me dis que si j’avais été en école vétérinaire, je n’aurais pas rencontré le yoga, je n’aurais pas autant exploré le monde qu’en école de commerce et je n’aurais pas rencontré Maxime à Paris ! 🤣😍

- Quel est ton plat préféré ?

Je suis une gourmande de la vie ! 

Mon aliment préféré est sans nul doute le chocolat noir… (je remercie d’ailleurs Gwenaëlle, une ancienne collègue / amie devenue élève, qui m’a fait découvrir les chocolats d’Alain Ducasse… je crois que je n’ai jamais rien mangé d’aussi délicieusement réconfortant). 

J’adore ensuite les plats « madeleines de Proust » : ceux qui ont le pouvoir de me ramener en enfance. Je nomme :

  • les flans, les charlottes aux pommes ou les taboulés de ma mère, 
  • la vinaigrette huile d’olive – citron de ma grand-mère, 
  • l’odeur du pain grillé et du café (que je n’aime pas ni ne bois) qui me rappelle les petits-déjeuners de mon père. 

Je suis très sensible aux goûts et aux odeurs ! 

Et au quotidien… je suis assez simple : je pourrais me nourrir d’oeufs au plat, de bon pain, de salades généreuses (et de chocolat au dessert) et me voilà satisfaite ! 

Qu’est-ce que t’apporte le yoga ?

Une liberté et de la confiance en moi (se sentir plus forte que ce qu’on croyait être : c’est une sensation transformatrice). 

Je me sens vivante lorsque je bouge ! 

Quelle est ton histoire du mouvement ?

J’ai toujours fait du sport (sauf en prépa et lors de ma première année en école de commerce – hiatus qui a été dur mentalement). 

Petite, mes parents m’ont mise tôt à la natation (dès 5 ans je crois) puis au karaté avec mon frère. Je faisais du vélo le dimanche. Adolescente, j’ai commencé l’équitation en plus de la natation et du karaté. Et c’est à l’adolescence aussi que j’ai commencé à apprécier la course à pied. Je commençais à suivre mon père dans ses sorties courses à pied. Et encore aujourd’hui, c’est quelque chose que nous partageons : les sorties course à pied dans les chemins de La Bretagne. 

Après ma coupure sportive pendant mes 3 premières années d’études, je me suis remise au mouvement à New-York, lors d’un échange universitaire. Je me suis inscrite dans une salle de danse. Je faisais de la danse africaine et de la danse haïtienne. Et par hasard, un matin, j’ai tenté de participer à un cours de yoga. Je suis rentrée dans la salle : il s’agissait d’une pratique Mysore (Ashtanga en pratique autonome). Je ne savais pas ce que c’était. Le professeur m’a guidée et tordue dans tous les sens pour me mettre dans les marichyasana C et D dès mes premiers cours. Je n’ai jamais eu d’aussi gros coups de foudre ❤️‍🔥 pour une pratique corporelle. J’y suis retournée aussi souvent que possible… en délaissant parfois certains cours de finance à l’université, je l’avoue ! 

Le yoga ne m’a pas quittée depuis… 

J’ai eu un autre coup de coeur sportif un peu plus tard, en 2018, avec le crossfit que j’ai pratiqué pendant 4 ans ensuite (hâte de reprendre cette pratique une fois le studio ouvert). Mais rien n’a été aussi puissant et durable que mon amour pour le yoga, et la pratique Mysore en particulier… les premiers amours ont toujours quelque chose de magiques de toute façon ! 

- As-tu une citation fétiche (ou un mantra) ?

« Il n’y a pas de problème, que des solutions »

Citation volée à mon oncle d’adoption (le plus vieil ami de mon père). Il me la répétait lorsque je stressais en classe préparatoire à Paris. Je me la suis appropriée et depuis… je suis beaucoup plus zen !

Peux-tu nous partager ton parcours professionnel ? Quelles sont tes formations en yoga ?

J’ai commencé avec un parcours plutôt classique  : bac scientifique option maths à La Réunion (team Levavasseur, il y en a d’autres par ici ?) puis départ pour Paris pour 2 années de classe préparatoire aux Grandes Ecoles de Commerce. J’ai passé deux années intenses mais tellement riches au lycée Henri IV, dans le 5e arrondissement. C’est un quartier encore porteur d’histoire et de sens pour moi aujourd’hui : j’y ai vécu de dures journées et en même temps, je me suis prouvée énormément de choses lors de ces études !

Après les concours, j’ai intégré l’EDHEC Business School. Je suis restée sur le campus de Roubaix la première année d’études. Pour le master, j’ai choisi le parcours international : université à Pékin pendant 4 mois, université à New-York pendant 6 mois ensuite (ville où j’ai découvert le yoga d’ailleurs !). 

Je suis rentrée à Paris pour mon année de césure ensuite : j’ai travaillé un an chez Hermès (3 mois en tant que conseillère de vente et 9 mois en tant qu’assistante de la cheffe de projet cadeaux d’affaires). Mon passage dans cette grande maison de luxe m’a éduquée sur l’importance du service soigné et du sens du détail apportés aux clients. C’était une belle expérience professionnelle dans une belle maison de luxe française !

Puis, dernière année de master en Allemagne, à Mannheim. Une année qui a continué de me transformer personnellement : moi, la grande timide en prépa, je me suis ouverte aux gens et ai lié de magnifiques amitiés là-bas ! C’est aussi en Allemagne que j’ai repris la course à pied et que j’ai pris la décision de m’inscrire à mon premier 200 heures. 

Donc en parallèle de la préparation de mon mémoire de fin d’études, j’ai réalisé un 200 heures chez Ashtanga Yoga Paris. A l’époque je commençais aussi ma vie professionnelle dans le marketing : j’étais le bras droit de la fondatrice de la nouvelle marque de vêtements de yoga YUJ, Hélène Duval. Ce fût là encore une belle expérience professionnelle. Ensuite, mue par un trop-plein d’ambitions, j’ai accepté une offre en tant que Responsable Commerciale dans une autre jeune marque parisienne. Mauvaise idée… je ne suis pas taillée pour être commerciale et le rapport avec ma supérieure n’était pas très agréable ! Je n’ai pas passé de bons moments et c’était en 2015… 13 novembre 2015 : les attentats. Je devais passer, comme tous les vendredis soirs derrière le Bataclan pour rentrer chez moi. Mais, ce soir-là étant trop fatiguée, je suis rentrée plus tôt que prévu à l’appartement. Enormément de choses se sont bousculées dans ma tête : d’abord de la gratitude d’avoir eu de la chance, que ma soeur et mes amies aussi aient eu de la chance ce soir-là, de la peur, de la tristesse, de la colère. Toute une palette d’émotions difficiles à contenir. Moins d’une semaine plus tard, je décide donc de démissionner de mon travail qui ne me plaisait pas et qui me rendait malheureuse. Je me suis dit : « je ne peux pas mourir triste » ! 

Bref, quelques mois plus tard, un peu par hasard, Linda Munro, la fondatrice d’Ashtanga Yoga Paris, me fait confiance et me propose de faire mes premiers remplacements. C’était le début d’un nouveau chapitre de vie. 

Depuis, j’ai continué de me former : environ 1000 heures certifiantes pour apprendre, questionner et réapprendre !

J’ai hâte de reprendre des formations afin de compléter ma boîte à outils et continuer d’affiner ma pédagogie. 

Peux-tu décrire ta manière d’enseigner ?

J’enseigne de manière douce, précise et individualisée lorsque cela est possible. J’essaye de m’adapter à l’énergie du groupe, aux sensibilités des personnes présentes (c’est aussi pour cela que j’affectionne les petits groupes et que j’ai à coeur de connaître les élèves). 

Mes Vinyasas sont enseignés de manière lente mais crescendo : on débute au sol avec un éveil articulaire et musculaire et une prise de conscience du souffle, puis on monte en puissance au fur et à mesure… pour retrouver du calme à la fin. L’Ashtanga est au coeur de ma pratique et de mon enseignement : je retranscris les fondations de cette pratique, sa logique et sa structure dans mes Vinyasas… sans oublier d’y ajouter une pincée de poésie et de créativité. J’aime prendre le temps dans les postures afin de proposer à chacun de les adapter et de les interpréter à leur manière aussi parfois. Je glisse de la liberté de mouvement dans la structure de la pratique. 

Tous les mois, je propose une thématique pour le studio (une thématique adoptée par les autres professeures et coachs également). Un nouvel axe de travail, une nouvelle posture clé. Le fait de se concentrer sur cette thématique pendant 30 jours facilite l’apprentissage : la répétition permet de se familiariser avec son corps et avec la posture. La répétition permet aussi de ressentir et conscientiser les progrès et évolutions dans le corps. 

Et les temps d’explorations proposés dans les cours et au fil de l’année permettent aux élèves d’expérimenter leur créativité et de ne pas tomber dans la lassitude.

PS : j’enseigne sans musique (et généralement, sans chant de mantra). Je souhaite que vous puissiez entendre et vous connecter à votre respiration Ujjayi lors de la pratique, afin de transformer chacun de vos cours en méditation en mouvement. 

Que souhaites-tu transmettre lors d’un cours ?

Comme mon professeur de philosophie que j’adorais en première année de prépa, j’aimerais rendre la pratique du yoga terre à terre. Je souhaite rendre certaines postures et concepts abstraits compréhensibles et accessibles à tous. 

Grâce aux cours, j’aimerais que les individus puissent être consciens de leurs forces, de leurs progrès au fil des séances, qu’ils développent leur résilience et leur patience (un peu à contre-courant de notre société actuelle où on pense pouvoir tout avoir tout de suite). 

Je veux continuer de transmettre aussi la magnifique sensation de « Yoga High » : être transporté sur un nuage à la fin d’un cours… se sentir plus à l’écoute et plus en confiance dans son propre corps.

Merci à Aurore d'avoir partagé ce moment avec nous et merci à vous pour cette lecture !
Place au Yoga et à la rencontre chez Maua Yoga !

Les formations d'aurore

UNIVERSITAIRE : 

2008 – 2010 : Classe préparation commerciale – scientifique (ECS)  au lycée Henri IV 

2011 – 2014 : MSc Business Administration & Management EDHEC Business School

YOGA :

– 200 heures formation initiale en Ashtanga avec Linda Munro et Gérald Disse, à Ashtanga Yoga Paris. 

– 300h de formation avancée en Ashtanga avec Linda Munro et Gérald Disse,

– 100 d’Ashtanga avec David Swenson,

– 120 de Vinyasa avec Ron Reid et Marla Meenakshi,

– 50 sur la deuxième série de l’Ashtanga avec Linda Munro et Gérald Disse,

– 50 heures de Restorative avec Lizzie Lasater,

– 30 heures d’anatomie avec David Geil,

– 30 heures d’Ashtanga avec Kino McGregor,

– 300 de Vinyasa avec Carmen Aguilar,

– 20 avec Patrick Beach et Carling Nicole,

– 35 de yoga pré- et post-natal à l’institut de Gasquet,

Des we de formation avec Chuck Miller, Manju Jois, Laruga Glaser, Maty Ezraty.

Formations secouristes premiers secours PSC1 en 2017 et 2022. 

+ 15 séjours yoga organisés dans le monde entier